Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Espace de discussion

Management à distance

Messages

Par Marie-Emmanuelle AUBERT le 13/12/2017 à 11:40 Animateur de groupes

Le sujet du management à distance nous semble être un sujet partagé par beaucoup de professionnels concernés par les coopérations territoriales.

Et vous, avez-vous des exemples de bonnes pratiques à partager ?Quelles sont les difficultés, préoccupations que vous rencontrez ?

De quels autres univers pourrions-nous nous inspirer ?

Par Emmanuelle Michaud le 13/02/2018 à 10:10

Bonjour Marie-Emmanuelle,

Le management à distance reste du "management".

Les difficultés que j'y vois ... : comment travailler ensemble lorsque l'on ne se connait pas? Comment reconnaitre le leadership d'un manager distant? Comment nous retourver autour d'objectifs communs qui ne sont pas forcément ceux de chacun? Comment faire circuler l'information, indispensable à la transparence et la confiance? Comment repérer les compétences d'un site distant et en faire ses collaborateurs directs?

D'expérience en tant que directeur de site, le management à distance a besoin de la définition d'un cap lisible et partagé, cohérent et fédérateur, que les acteurs, qui ne se connaissent souvent pas beaucoup, peuvent dérouler par leur action et décliner en objectifs sur la base d'une feuille de route. Il nécessite de prendre le temps de se connaitre; de faire participer chacun dans la définition du cap. Il nécessite un temps de partage du cap et d'appropriation par les acteurs des structures impliquées avant de permettre sa déclinaison sur un mode management à distance. En résumé, définir le quoi avant d'en penser le comment.

Une des difficultés me semble être également d'identifier pour chaque structure le sens que les actions du groupe ont localement et de les inscrire dans l'interêt collectif. Un équilibre doit être trouvé entre l'interêt collectif et local, dans la définition d'un objectif commun qui n'est pas la somme des objectifs de chacun. Valoriser la place de chacun dans le collectif me semble permettre d'éviter les peurs de la perte d'autonomie et d'être mangé par l'autre distant.

Définir qui fait quoi, avec les rôles et attendus pour chacun. La désignation de relais "référents" par site est essentielle pour porter les actions en proximité; relais ayant la confiance du manager distant et des acteurs internes à chaque structure; le manager distant doit pouvoir se rendre disponible si besoin pour les acteurs de proximité. Le manager distant doit pouvoir être repéré dans chaque structure et son leadership reconnu. Pour cela, il ne doit pas rester dans son bureau distant. Il doit convaincre que son interêt à agir est celui de tous les membres du GHT. Il doit également manifester sa confiance aux acteurs relais, indispensable à la délégation avec l'octroi de marges de manoeuvre, qui évitent la sensation d'autorité descendante.

Il me semble également essentiel de permettre le partage des informations entre le manager distant et le référent relai et entre le référent relai et les acteurs de la structure distante. D'évaluer le champ des possibles raisonnablement et d'ajuster les moyens de parvenir aux objectifs en fonction de la maturité de chaque membre du GHT, qui n'est probablement pas la même.

Vaste programme...

Le management à distance existe déjà à l'échelle des directions communes qui ont été créées ces dernières années, à l'échelle des ARS, en particulier des nouvelles grandes régions. Les GHT élargissant le périmètre, nous dervions trouver des enseignements dans les entreprises privées organisées en groupe.

Dans l'attente des réactions sur ce premier message de discussion

Par Marie-Emmanuelle AUBERT le 13/02/2018 à 21:00 Animateur de groupes

Bonjour Emmanuelle et merci beaucoup pour votre contribution et votre témoignage.

Les questions que vous posez sont effectivement celles que nous partageons.

Il y a une véritable spécificité, à mon sens, dans le management "à distance", encore plus peut être que dans le management "classique" à définir ce qui nous rassemble et la marge de libérté de chacun. C'est d'ailleurs peut-être le management à distance, dans ses contraintes, qui nous amène à nous questionner sur nos pratiques managériales et à nous questionner sur celles-ci en prenant du recul...pour devenir de meilleurs managers.

Je suis intéressée par la notion de "relais référents" que vous abordez : quels profils ont-ils/devraient-ils avoir ? comment gerent-ils / vivent-ils ce management à distance ? ll me semble aussi qu'il faut encore plus 'incarner' notre fonction (manager ou managé) et prendre le temps des rencontres, des échanges.

Nous sommes à l'écoute de vos précisions et des autres commentaires qu'ils susciteront ! Nous avons une communauté de pratique qui se mobilise sur ces sujets, si vous avez des demandes particulières de sujets à creuser, de réflexions à mener, n'hésitez pas à les préciser.

Merci à vous encore Emmanuelle de votre participation à ce sujet qui nous semble structurant dans le management territorial de nos organisations.

Haut de page